Rapprochons-nous

Dénicher l'association près de chez vous

Santé cardiovasculaire, recommandations pour limiter les risques

Publié le 16/12/13

Source AG2R LA MONDIALE

Thématiques : Santé et prévention

Améliorer la qualité nutritionnelle, combattre la sédentarité et cibler le tour de taille plutôt que le poids !

Les progrès réalisés depuis 50 ans dans le combat contre la mortalité associée aux maladies cardiovasculaires sont principalement attribuables aux procédures et aux traitements médicaux. Conséquemment, la lutte contre la mortalité cardiovasculaire est couteuse, car les interventions sont tardives alors qu’il serait plus judicieux de prévenir le développement des maladies cardiovasculaires qui sont largement le résultat de notre mode de vie.

RECOMMANDATIONS

La sédentarité, causée par notre mode de vie, est maintenant responsable d’autant de cas de maladies cardiovasculaires que le tabagisme : il faut diminuer notre temps consacré aux activités sédentaires et augmenter notre niveau d’activité physique ;

la mesure du tour de taille est importante et constitue un signe vital aussi utile que, par exemple, notre taux de cholestérol ou notre tension artérielle ;

la diminution du tour de taille et l’amélioration de la condition cardiorespiratoire (capacité à l’effort physique) constituent deux nouvelles cibles importantes dans la prévention des maladies cardiovasculaires ;

la diminution de la teneur en sel et en sucre ajoutés de notre alimentation constitue une recommandation simple permettant d’améliorer la qualité de notre alimentation et réduire notre risque cardiovasculaire. Ceci peut se faire en limitant principalement les aliments transformés par l’industrie qui sont trop souvent riches en sel et notre consommation de boissons sucrées ;

l’activité physique rigoureuse et régulière pratiquée de façon quasi quotidienne exemple : marche rapide de 45 minutes par jour) peut réduire considérablement notre risque cardiovasculaire en partie par la perte de graisse abdominale/ectopique qu’elle génère.

Il apparaît plus pertinent de cibler la qualité de notre alimentation (et de notre hydratation) et de combattre notre sédentarité plutôt que de spécifiquement préconiser la restriction calorique afin de combattre l’épidémie d’obésité en Europe comme dans le reste du monde.

Source : Solidarités, le magazine de la protection des familles d’AG2R LA MONDIALE, N°7